Je ne vous oublie pas..

Non, je ne vous oublie pas.. Vous qui me lisez, qui comprenez mes mots et peut-être parfois donc les attendez 🙂

Je ne dis pas cela avec prétention, je suis loin de cela.

Je me suis fixée des buts, et comme j’aime les challenges, ces buts ont une date butoir qui se chevauchent… Bien sur !! LOL, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi même. J’assume mes décisions et  je ne vous oublie pas pour autant…

Donc comme j’ai des buts avec des dates très proches, j’ai moins de temps pour écrire ici, mais j’écris là-bas sur mon cahier, sur mes carnets, dans mon pc.. Je finalise le miracle version anglaise (The Quest), encore quelques points et cela devrait être fait, dans le même temps j’écris pour finir le miracle 2 (La Recouvrance) qui devrait sortir courant Février 2014. Un petit extrait du chapitre 1?? Allez soyez fou 😉

« Soudain, les lumières du TGV s’éteignirent créant un léger mouvement de panique chez mes compagnons d’infortune. Le preneur d’otages se leva dans le noir nous sommant de rester tranquilles. Je le sentais au bord de la crise de nerfs, les choses ne se déroulaient pas du tout comme il l’avait prévu, tout se compliquait et dès lors il devenait vraiment dangereux. Personnellement, je n’avais rien à craindre mais pour les autres, c’était différent. La faim se faisait de plus en plus sentir, intérieurement je bénissais les Dieux de cette interruption du courant car mon manque commençait à se voir physiquement. Les gens étaient suffisamment paniqués, inutile donc de rajouter un vampire à la liste de leurs tracas.

Mon acuité dans le noir me rendait service, cela me permit de voir quelqu’un s’approcher de nous. Je n’osai pas intervenir n’étant pas supposée aider le preneur d’otages mais je craignais la suite des évènements et mon intuition me donna raison.

Je vis son poing atterrir sur le nez de notre ennemi qui hurla de surprise et de douleur, un jet de sang s’écoula de son nez qu’il essuya avec le revers de sa manche. Il en fit tomber son arme que je poussai instinctivement avec le pied sous la banquette. Il jura. L’autre homme essaya de l’empoigner, ce qui n’était pas chose facile à cause des tablettes entre eux. Un silence étrange régnait dans la rame, les gens entendaient les coups d’une lutte sans savoir qui était en train de l’emporter.

L’agresseur se baissa pour ramasser son arme tâtonnant dans le noir, ce qui déséquilibra notre sauveur. Soudain, il ressurgit du dessous de la banquette, arme au poing, ce fut d’un méchant coup asséné sur la tête que tous nos espoirs de sauvetage s’envolèrent lorsque le corps de notre héros s’écroula lourdement sur le sol.

Le meneur de jeu reprenait de l’assurance.

—  Le prochain qui essaie, je le tue, hurla-t-il.

Ce qui fit le silence encore plus pesant dans le wagon.

L’odeur du sang arriva jusqu’à moi, sournoisement, doucement, elle emplissait mes narines pour venir chatouiller mes nouveaux instincts. La situation devenait critique. Dans ma tête se bousculait un tas d’idée. Aisément, je pouvais assouvir ma soif en sautant sur cet homme et ainsi libérer tout le monde de ce fou ou attendre que quelqu’un vienne nous libérer, sans savoir ni où ni comment et surtout quand. J’espérais que Darren ait lu le message que j’avais envoyé avant que ce type nous confisque nos affaires.

Le sang si proche provoquait un début de transformation que j’essayais tant bien que mal de contenir.

— Me permettez-vous d’aller aux toilettes ? demandai-je à l’homme tout en improvisant.

— Silence ! cria-t-il.

Je posai une de mes mains sur son bras essayant de le calmer.

— S’il vous plaît, dis-je doucement.

Il réfléchit quelques instants avant de me répondre.

— Pas d’entourloupe hein… je vous attends ici dans cinq minutes, finit-il par dire.

Son accord fit s’élever les voix dans le wagon, demandant la même chose, ce qui semblait logique depuis le temps que nous étions collés à nos sièges. L’envie de se soulager ou simplement de se dégourdir les jambes devenait pressante. Sauf que moi je voulais juste me cacher, me calmer pour retrouver une apparence normale.

— OK… OK, on se calme, toi en premier, dit-il en me poussant. Les autres, il marqua un temps d’arrêt, attendez qu’elle soit revenue.

Je me dirigeai vers les toilettes lorsque la lumière revint. Une onde de frayeur me parcourut, je me retournai vers le wagon et vis le regard d’un homme qui me dévisageait horrifié apparemment parce qu’il voyait. L’ignorant, je poursuivis rapidement mon chemin. Le passage de ma langue sur mes dents me confirma ce que je craignais. Je n’étais plus moi-même, comme je le disais dans ces moments-là.

Je refermai la porte derrière moi et soufflai. L’endroit était exigu et sentait l’urine ce qui eut pour effet de me calmer un peu. Je m’approchai du miroir et compris pourquoi il avait eu peur. Ma peau était blanche, maladive, mes yeux étaient cerclés de noir, mes pupilles presque blanches. J’ouvrais la bouche, mes canines pendantes me confirmèrent que oui, je pouvais faire peur. C’était la première fois que je me trouvais en manque et tellement assoiffée que je ne savais pas si je pouvais retrouver mon apparence humaine seulement en me calmant cinq minutes. Le temps qui m’était imparti était trop court pour autre chose que de se soulager. Je tentai sans y parvenir. Alors, je pris une autre option, si je ne pouvais pas redevenir humaine, je pouvais cependant me camoufler un peu. Fouillant dans les poches de mon blouson, je sortis mes lunettes de soleil et trouva du fond de teint, artifice que je n’avais pas utilisé depuis un certain temps. Je me refis une beauté, il me suffisait de garder la bouche fermée et ce stratagème suffirait pour le moment.

Au loin, j’entendis notre bandit crier « Allez voir ce qu’elle fait » en s’adressant à quelqu’un. Quelques secondes plus tard, on frappa à la porte des toilettes.

— Ça va Mademoiselle ? me demanda une voix masculine.

J’ouvris doucement la porte, souriant discrètement à l’homme. Le regard caché derrière mes lunettes me donnait un avantage.

— Oui merci, répondis-je m’empressant de rejoindre ma place.

Se montrant inquiet, il m’attrapa par le bras, me stoppant net. »

Voilà 🙂

Pour ceux qui n’ont pas encore lu Le Miracle 1, il est toujours en vente :

http://www.editionsazimuts.be/Le-Miracle-cbfaaaata.asp

http://www.amazon.fr/gp/product/B00A69NHQO

http://acrodacrolivres.be/boutique/

Bonne journée à tous.

Sylvie

Publicités

Une réflexion sur “Je ne vous oublie pas..

  1. maryvonne roussey

    bjr sylvie, anne a eu sa 3ème fille hier à 19 h 45, elle s’appelle Lysie, pèse 3,750 kgs, elle a passé sa nuit en rea elle a avalé u liquide amniotique et fatiguée durant l’accouchement, mais elle a passé une bonne nuit et anne a pu l’allaiter 2 ou 3 fois depuis sa naissance, elle attend le feu vert des medecins pour la recuperer, donc cela me fait 6 petits enfants (4 filles et 2 garçons entre 12 ans 1/2 et quelques heures) bisous, tu vas bien, tes filles aussi

    Tous vos emails en 1 clic avec l’application SFR Mail sur iPhone et Android – En savoir plus.

    ========================================

    Message du : 05/12/2013 10:15

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s