Open yourself…

What do I do when the human stupidity invades me.. When some are not able to see farther than the end of their nose, and when they remain stuck on their ideas without ever trying to open to other things.

I take refuge in my music, even more profoundly, where others will not reach me.. To keep just the purity and the delight of the music which will calm me often much more than words..

Then you will wonder – what do I do there?

Well I share.. If it could help some to see that life, it is something more..

Close your eyes and appreciate !!

Let yourself be carried by the increase of power… Choruses.. The piano… His pure voice.. It calms you down doesn’t it?

The music carries us, supports us, helps us. Such a friend, just take what it gives you in all it’s simplicity..

Have a nice day, all of you 😉

Sylvie

Ouvrez-vous…

Qu’est ce que je fais lorsque la bêtise humaine m’envahit.. Lorsque certains ne sont pas capables de voir plus loin que le bout de leur nez, et qu’ils restent coincés sur leurs idées sans jamais essayer de s’ouvrir à autre chose.

Je me réfugie dans ma musique, encore plus profondément, là où les autres ne m’atteindront pas.. Pour juste garder la pureté et l’enchantement de la musique qui m’apaisera souvent bien plus que des mots..

Alors me direz-vous.. qu’est-ce-que je fais là ?

Bien je partage.. Si cela pouvait en aider certains à voir que la vie c’est autre chose ..

Fermez les yeux et savourez !!

Laissez-vous porter par la montée en puissance.. Les chœurs.. Le piano… Sa voix pure..  Cela calme n’est-ce-pas ?

La musique nous porte, nous soutient, nous aide. Telle une amie, prenez juste ce qu’elle vous donne en toute simplicité..

Allez !! Enjoy !!

Bonne journée à vous tous 😉

Sylvie

Ah.. Les publicités…

J’ai toujours aimé les publicités télévisées.. Je sais tout un programme !

En ce moment, il y en a plusieurs qui m’interpellent. Elles sont diffusées en Belgique mais comme elles représentent des grandes marques, peut-être que vous les connaissez aussi.

La première c’est celle où on voit plusieurs femmes se cacher le visage devant l’objectif. Femmes disons entre 25 jusqu’à l’infini.. :). Au milieu de la pub, un slogan simple s’affiche :

« Quand avez-vous cessé de vous trouver belle ? »

Puis la pub reprend avec cette fois des très jeunes filles, pas plus âgées de 12 ans je dirai. Elles posent sans complexe devant l’objectif. Et pour finir le nom de « Dove » apparaît sans autre chose.

La seconde est celle du marque de thé glacé. Plus humoristique, mais donnant aussi un autre message, sans vraiment arguer sur le produit lui-même, mais plutôt sur ces effets, comme pour la première pub.

On y voit un gars boire avec un ami un peu de thé, puis il fait tourner la bouteille sur la table (vous vous souvenez du jeu de la clé?).. Face à eux, deux superbes jeunes Nanas. Mais la bouteille s’arrête au milieu d’elles pointant une femme d’un âge certain ou d’un certain âge, au second plan. La caméra revient sur le type, qui arbore une expression disant ‘Après tout pourquoi pas’.. Fair play 🙂 Et les voilà partis tout deux à faire une course de caddy ou un saut de falaise en maillot de bain main dans la main . Puis vient le slogan :

« Osez quelque chose de différent »

Les publicitaires empruntent des chemins de travers pour nous vanter leurs produits. Comme celle aussi de Perrier un Noël qui était très subjective, d’ailleurs je l’ai pas vu souvent, certainement censurée.. Ils font passer leurs messages subliminaux au travers d’autres valeurs que le produit lui-même. MAIS on s’en souvient, la preuve en est cet article.

Néanmoins, les deux publicités ont un point commun, elles pointent du doigt ce que nous sommes. Elles nous montrent notre inquiétude envers le « Que dira-t-on »…

Quelle est notre première réaction face à une photo d’une femme assumant pleinement son âge, ses rides, ses défauts ? Se montrant naturelle, telle qu’elle est ?

Quelle est notre première réaction face à un couple ‘différent’.. Ici un jeune homme avec un femme d’âge mur ?

On nous a pas conditionné pour cela.. Mais il est grand temps de changer et d’accepter les choses telles qu’elles sont et doivent être.

On a le droit de se sentir belle ou beau à tout âges et de le montrer !

On a le droit d’aimer qui on veut à tout âges et cela dans les deux sens du terme !

Belle journée à vous.

Sylvie

Music

What do you feel when you listen to some music? The kind that you like, the kind which touches you; because whatever is the music which you like, you like it because at the core of you it activates something … Maybe it’s the instruments, melody, words or voice of the artist or the whole of it?

The moment when you listen to it is also going to influence your choice.. Your humour, how your spirit is. The music brings nostalgia, enjoyment which is bound to our memories; « souvenirs » of our lives.

It enables us to communicate, to become closer and to unite people..

Music is everywhere, the chimes of the front door, your alarm clock, the bell of your telephone,  wind in the trees, wind in the fields, wind in the city squeezing between buildings.. Waves going and coming in the sea produce a sound unique to each.. Your steps.. All those noises produce sounds..

Music was always strongly a part of my life. It helped me, supported me, accompanied me. I remain capable of listening to the same piece of for hours at the risk of annoying my circle of acquaintances. I listen to of everything even if my preferences go towards the Rock and the Symphonic metal, including naturally the Gothic.

Music is my friend, it knows everything of me. I say everything to it about my failed choices, it will know what I feel without ever criticizing, it will follow me simply. And indefatigably it will continue to play for me, and indefatigably I shall continue to love it.

When it penetrates into me, my body shivers, my eyes close, my heart beats faster.. And my movements become uncontrollable then the union is made when I begin to sing, because that is the only instrument which I know really how to play.. No matter if I sing well or not, because that is not the main thing. The main thing is the pleasure which I am going to get from it, and if the artist could see how I feel his music then he could say to himself that he reached his purpose…that the music is felt as it deserves to be, with generosity and without restraint because above anything, music is a sharing quite like writing; it is a means of expression.

 

Have a good day.

Sylvie

 

Once upon a night..

It was quite late, and for a very long time the sun had been lying far off over the salt marshes. In the July of 2011, she had decided to spend a few days at her mother’s. To relax far from the Parisian madness, with her first objective being to review, correct and to finalise what she’d already written. She was in the garden with only the light of the moon; the lighting of the terrace was meagre. Her mother came to see her:

  “You should return now…” Then she glanced at the girl’s papers. “You’re going to finish it one day?”

Faced with so much passion the girl raised her eyes towards her mother.

“Yes I’ll just take my time, it’s not as simple as it looks, you know.” She said sweetly in spite of an obvious annoyance with such a question.

She collected the sheets scattered around her as well as her pens and went to her room, kissing her mother in the passage. She switched on the light and settled down quietly in her bed, with her manuscript beside her. One hand on such a treasure, sleep took her to a foreign land.

‘The woman was tall, a brunette, very beautiful. Her delicate features, her fair skin, highlighted her scarlet lips. They faced each other. They did not know each other. The woman stood there. She couldn’t distinguish anything else, only this woman. She took all the space of the universe where details didn’t seem to exist. Slowly, she approached her, smiling. The situation was nevertheless very strange, unknown and yet so familiar. The other woman did not seem frightened. But why would she have owed this being anything? An atmosphere of trust reigned here between these two persons, lucid to the course of events.

She delicately pushed aside the woman’s long hair but it wasn’t a gesture of love. She just needed to clear herself a path. The woman consented; she was giving herself. She swallowed, her lips approaching the skin of the woman. With the other hand, she tilted her head. The woman was agreeing throughout. The smell of the woman invaded her, intoxicating her. She opened her mouth naturally, and licked the woman’s skin; she felt her shiver. Her teeth were now in contact with the skin…The blood flow became much faster as sharply she penetrated her flesh, to let the hot nectar stream in…She closed her eyes, drinking…’

She awoke with a start, looking around her for the woman, but there was only the bedroom, the white walls and the manuscript scattered on the ground. She was sweating. She sat up in her bed trying to assess the situation. She had some difficulties with really knowing what was real or not. She had perfectly felt the penetration of her teeth into the carotid artery of the young brunette. The slight crackle when she passed through the skin, so fine, so intimate. She saw again her long brown hair, and her neck…And this taste filling her mouth as the blood invaded it…

Instinctively she touched her lips with her fingers…Without a word, none…

Then she looked at the moisture which was there. This red and hot humidity. She brought her hand to her mouth to clean the still fresh, uncoagulated blood which had settled there. She was smiling…

No she had not dreamed.

She had just travelled in her universe, materialised in her dream…So real, so tangible, so good…

In the kitchen her mother prepared the coffee. She got up to greet her.

Arriving behind her, she leaned over and placed a kiss on her neck… »Hello Mum » …A strange light in the depths of her eyes…Which only she saw…

Sylvie

Il était une nuit…

Il se faisait tard, et depuis fort longtemps le soleil s’était couché au loin sur les marées salants. En ce mois de Juillet 2011, elle avait décidé de passer quelques jours chez sa mère. Pour se détendre loin des tourments parisiens, et avec comme objectif premier se relire, se corriger et finaliser ce qui était déjà écrit afin de progresser. Elle était dans le jardin avec pour seule lumière la lueur de la lune et l’éclairage de la terrasse, cela faisait peu. Sa mère vint la voir:

– Tu devrais rentrer maintenant.. Puis elle jeta un œil au dossier de sa fille.. Tu vas le finir un jour ?

Devant tant d’engouement la fille releva les yeux vers sa mère.

– Oui il me faut juste du temps, c’est pas aussi simple que cela en a l’air tu sais. Dit-elle gentiment malgré un agacement évident devant une telle question.

Elle ramassa les feuilles éparpillées autour d’elle ainsi que  ses stylos et se dirigea vers sa chambre, embrassant sa mère au passage. Elle alluma la lumière et s’installa tranquillement dans son lit, près d’elle son manuscrit. Une main dessus tel un trésor, le sommeil l’emporta dans une contrée lointaine.

« La femme était grande, brune, très belle. Les traits délicats, sa peau claire faisait ressortir ses lèvres écarlates. Elles se faisaient face. Elles ne se connaissaient pas. La femme se tenait là debout. Elle ne pouvait rien distinguer d’autre, rien que cette femme. Elle prenait tout l’espace de cet univers où les détails ne semblaient pas exister. Doucement, elle s’approcha d’elle en lui souriant. La situation était très étrange, inconnue et pourtant si familière. L’autre femme ne semblait pas effrayée. Mais pourquoi aurait-elle dû l’être ?. Il régnait ici une atmosphère de confiance, entre deux personnes lucides de la suite des événements.

Elle écarta délicatement la longue chevelure de la femme mais ce n’était pas un geste d’amour. Elle avait juste besoin de se frayer un chemin. La femme consentait, elle se donnait. Elle déglutit en approchant ses lèvres de la peau de la femme. De son autre main, elle lui inclina la tête. La femme consentait toujours. L’odeur de la femme l’envahissait, l’enivrait. Naturellement elle ouvrait la bouche et lécha la peau de la femme, celle ci frissonna. Ses dents maintenant étaient en contact avec la peau.. Le flux sanguin se fit plus rapide lorsque d’un coup sec elle pénétra sa chair pour laisser affluer le chaud nectar.. Elle fermait les yeux s’abreuvant .. »

Elle se réveilla en sursaut cherchant la femme autour d’elle, mais il n’y avait que la chambre, ses murs blancs et son manuscrit éparpillé sur le sol. Elle était en sueur. Elle s’assit dans son lit essayant d’évaluer la situation. Elle avait quelques difficultés ne sachant pas vraiment ce qui était réel ou non. Elle avait parfaitement ressenti la pénétration de ses dents dans la carotide de la jeune femme brune. Le craquement léger lorsqu’elle traversa la peau, si fine, si intime. Elle revoyait ses long cheveux bruns, et son cou.. Et ce gout emplissant sa bouche au moment où le sang l’envahissait..

Instinctivement elle passa ses doigts sur ses lèvres.. Sans un mot, aucun..

Puis regarda l’humidité qui s’y était posée. Cette humidité rouge et chaude. Elle porta sa main à sa bouche pour nettoyer le sang encore frais, non coagulé qui s’y était posé. Elle souriait ..

Non elle n’avait pas rêvé.

Elle avait juste voyagé dans son univers matérialisé de son rêve.. Si réel, si palpable.. si bon…

Dans la cuisine sa mère préparait le café. Elle se leva pour aller la saluer.

Arrivée derrière elle, elle se pencha et déposa un baiser sur son cou.. ‘Bonjour Maman’.. Une étrange lueur au fond des yeux.. que seule, elle voyait…

Thorny Rain …. Interview

Bonjour Fred et merci de m’accorder cette petite interview 🙂 

A quel âge t’es venu le goût pour la musique ?

Bonjour Sylvie, à l’âge de 14 ans.

Qu’est ce qui l’a déclenché ? Un concert, une rencontre peut être ?

Ma mère a toujours écouté de la musique classique et donc j’ai toujours eu ce goût pour la musique classique. Puis à l âge de 14 ans mon cousin m’a fait écouter AC/DC , Rose Tatoo et je me suis dit Wow je veux jouer de la guitare ! Et mes goûts ont évolué par la suite avec Slayer , le death et black métal, tout en étant amoureux du 19 ème et ses compositeurs d’où la musique de Thorny Rain.

Justement parle moi de Thorny Rain, quand et comment vous êtes-vous venue l’idée du groupe ?

Le groupe est très jeune avril 2013 , j’ai eu envie de composé dans un autre style que du métal brutal uniquement basé sur la puissance comme TRILLGARD, groupe dont je suis parti . Puis en composant d’autres titres et mes filles faisant du violon et violoncelle, les morceaux sont venus naturellement en collaboration avec elles. J’ai ensuite fait appel à Franck le chanteur qui est un Baryton et qui habite Lille . Donc nous avons travaillé à distance et une bonne alchimie c’est crée. Un bassiste Fabrice a rejoint le projet et Richard le batteur avec qui je jouais dans Trillgard. Nous sommes à la recherche de violons et violoncelles supplémentaires. Puis Gilles accompagnera ce projet avec des images basées sur les thèmes des chansons.

Tu as crée le groupe donc ?

Oui je suis à la base de ce ‘petit’ projet , Franck écrit les textes et moi les musiques.

Pourquoi avoir choisi Thorny Rain comme nom ?

Frank a choisit le nom Thorny Rain (pluie épineuse) à cause de l’ambiance pesante et douloureuse tout l’esprit des compositeurs et écrivains du 19 ème époque romantique.

Quelles sont les influences musicales actuelles de Thorny Rain ?

Mes influences ou nos influences sont des groupes comme Candlemass, Type O negative , puis le death et black métal en général.

As-tu quelque chose à rajouter ?

Oui, le but de ce projet est de faire connaitre le métal à d ‘autres oreilles et de ne plus marginaliser cette musique qu’est le métal que je trouve grandiose et d’une grande classe. Elle n ‘a rien à voir avec l ‘image de bourrin que donne les gens en général de cette musique.

On est bien d’accord sur ce point ! Merci beaucoup Fred pour ce partage.

Thorny Rain est composé de :

Frank : Vocals et textes, Fabrice (ex Forox) : Bass, Richard (ex Trillgard, Forox) : drums, Marie : (C N R pole ouest ) : violon, Sarah (C N R pole ouest ) : cello, Fred (ex Catacomb , Trillgard) : guitare, Gil : projet artistique visuel et Steph Ollier : Manager du groupe.

A vous de jouer maintenant !.. Allez écouter sur Myspace les deux morceaux de Thorny Rain et ‘liker’ la page Facebook.. et n’oubliez pas de partager !!

https://myspace.com/thornyrain/music/songs

https://www.facebook.com/ThornyRain?ref=hl

Sylvie