Jusqu’au jour où…

Je ne vais pas parler de confinement, tant de personnes le font déjà que je ne vous apprendrais rien concernant ces moments extrêmement étranges que nous vivons.

Je vais plutôt vous parler des nouvelles. Je ne regard(ais) jamais les informations avant (je le fais un peu maintenant), en revanche mon abonnement Proximus me permet de me tenir au courant (on ne peut pas toujours se cacher du monde) grâce à une souscription gratuite vers « Le Soir » et ce depuis le 1er janvier 2020, un petit « plus » offert. Je n’avais pas activité l’option, ne voulant pas savoir comment le monde se portait. Mais les événements actuels m’ont obligée à le faire, car je me dois d’être informée pour ma famille, mes enfants… pour la Vie.

Chaque jour plus de gens meurent et chaque jour plus de personnes sont hospitalisées. Si j’en crois ce média, nous arriverons au pic de la pandémie début avril… Nous sommes le 1er avril et rien ne ressemble à un poisson ! Ce n’est pas une mauvaise blague, mais une réalité effrayante.

J’ai conscience de l’ampleur de la pandémie, de la catastrophe sanitaire et de tout ce qui en résulte et en découlera. Car personne ne sortira indemne de cette épreuve !

Toutes ces personnes qui nous quittent le font d’une certaine manière, anonymement, car nous ne les connaissons pas. Cela nous touche bien entendu (quel que soit l’âge, le taux de célébrité, le genre ou la nationalité), nous attriste, mais nous ne les connaissons pas personnellement.

En tous cas, pas jusqu’à ce matin me concernant.

Ou si nous les connaissons par le biais d’un ami ou d’une connaissance, une certaine pudeur ou peur veut que nous ne le sachions pas. Car il y a tellement de morts qu’obligatoirement cela touche quelqu’un de près.

Lorsque la nouvelle arrive, elle est brutale, vive et réelle. Et change le cours de notre journée et de nos semaines à venir. Pourtant, c’était une belle journée de printemps.

Alors, je crois que la plus sage des pensées et de se dire qu’à présent la souffrance est terminée, et la libération enfin arrivée.

Des milliers d’âmes rejoignent le ciel (ou tout autre endroit) et dans la pénombre de nos nuits, les étoiles scintillent comme si elles avaient le regard tourné vers nous.

Paix à toutes nos âmes…

Sylvie

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps 1 –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  –  T4 : La Cinquième Tour – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.

Sacré monde

Je me suis souvent demandé au moment de la guerre en Yougoslavie comment des gens aussi civilisés avaient pu tomber à ce point dans le barbarisme à cause du conflit ? Ces derniers jours, qui deviendront bientôt des semaines, m’apportent la réponse à cette question restée longtemps en suspens dans mon esprit.

Nous voilà revenus à l’âge de pierre, en tous cas certains épisodes nous ont montré qu’en cas d’urgence et de chamboulement de nos vies ; l’égoïsme, l’égocentrisme prenait le pas sur toutes autres choses. Mais chaque soir à 20 h à ma fenêtre ; le bruit que beaucoup d’entre nous faisons, me conforte dans l’idée que tout n’est pas perdu. L’espoir persiste ! La reconnaissance est réelle. Ce n’est pas grand-chose, mais chaque fois ma peau se contracte sous l’effet de cette vie retrouvée quelques instants.

Ce qui nous arrive, personne, je pense, n’aurait pu le prédire. Nous qui n’avons jamais vécu la guerre, nous qui avons toujours eu une existence finalement paisible, nous rendons compte à quel point l’équilibre de l’existence peut être fragile. Un grain de sable fonce dans notre château de cartes et tout s’écroule autour de nous. L’éphémère de notre sécurité. Et aujourd’hui plus que jamais, nous reconnaissons que rien, jamais, n’est acquis !

Alors plus personne ne parle de ses problèmes perso, ce qui démontre là un non-égoïsme finalement, nous nous regroupons tous dans le même bateau même si nous sommes chacun chez nous. La solidarité virtuelle se met en place, mais l’autre solidarité, celle de la rue n’est pas oubliée non plus. Car tous ces gens qui, en temps normal, n’ont pas de toit sont aussi touchés par ce fléau (le mot me parait juste), et ont autant besoin, voire plus, que les autres de se sentir aussi en sécurité et de l’être !

Certains gestes sont simples. Vous décidez d’aller faire des courses, car il faut bien se nourrir, demandez à vos voisins plus démunis, ou sans voiture, ou plus âgés, s’ils n’ont pas besoin d’un petit quelque chose. Ce n’est pas grand-chose, je sais, mais cela les aidera (physiquement et psychologiquement de se savoir moins esseulés) et vous en sortirez grandi d’avoir aidé.

Vous avez un surplus de gants ou de gel alcoolique, n’hésitez pas à en faire don. Certains en ont bien plus besoin que nous ! Gardez juste ce dont vous avez besoin, un peu comme au supermarché, ne prenez que ce dont vous avez besoin !

Facile à dire me direz-vous, je répondrais simplement : NON, facile à faire.

J’espère de tout cœur que tout va s’arranger (pour tous) et très vite, car je ne suis pas faite pour vivre dans un tel monde. Mon cœur saigne, mon âme est meurtrie, mais mon espoir d’une humanité plus humaine reste entier.

C’est ce qui nous sauvera, en tous cas moi, en ces temps torturés.

Un dernier petit mot que l’on peut lire sur toutes les lèvres en ce moment. Si vous n’avez pas l’obligation de sortir, restez chez vous, pour vous et pour les autres, cela aussi est un geste simple qui sauvera des tas de vies !

Très belle journée à tous, et j’espère que mes mots vous auront donné foi en quelque chose.

Sylvie

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps 1 –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  –  T4 : La Cinquième Tour – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.

2019

Faire un point sur l’année écoulée avant la fin de celle-ci ne me portera pas malheur 😉 Je ne suis pas particulièrement superstitieuse, je relève juste des signes que je tente d’analyser.

2019 a été l’année des prises de risques, des tristesses, et l’amorce d’un renouveau évident que je sens au plus profond de mes tripes.

L’année des risques : j’ai sorti deux romans cette année, sans touche de fantastique, alors que vous, mes lecteurs, affectionnez particulièrement ce genre littéraire. Cela m’ouvre très lentement un autre monde, où je dois me faire connaitre et apprécier.

Je n’ai pas écrit ces deux romans pour suivre une mouvance, bien au contraire, puisque moi-même j’ai du mal à les mettre dans une catégorie claire et précise.

Pour de simples mots est un thriller, mais pas un roman à suspense comme on peut en lire beaucoup. Une énorme part de moi est ancrée dans ce livre, un mélange de genres dans le même livre et je trouve en toute sincérité qu’il mérite d’être plus lu.

Dans les yeux du bois est quant à lui un roman policier, mais pas seulement. In fine, la partie policière n’est peut-être pas la plus importante, la psychologie humaine possède une grande place dans cette histoire.

La bonne nouvelle, c’est qu’en mars 2020, je vais assister pour la première fois à Polarlens, salon dédié au polar et je compte bien faire découvrir ces deux univers un peu particuliers.

Je crois que ce qui me différencie des autres romans policiers que j’ai lus, c’est que mes histoires ne recèlent pas de violence et de sang.

Autour de moi, tout au long des années qui viennent de s’écouler, j’ai remarqué une sorte de montée en puissance de ces deux facteurs dans la littérature, je n’y vois pas l’intérêt (cela n’engage que moi). Plus les gens s’engouffrent dans cette brèche, plus ils se sentent forts (peut-être), ce n’est pas mon cas, que du contraire (belgicisme à 1000 %).

Alors je me dis que peut-être je ne vais pas aux bons endroits, sur les bonnes manifestations pour faire découvrir ces deux derniers ouvrages. Alors une fois de plus, je me pose des questions et je vous promets de trouver la réponse satisfaisante qui fera que « demain », mes deux récits seront vus et lus d’une manière différente parce que (en toute modestie), ils le valent bien.

L’année des tristesses : j’ai perdu deux de mes chats à trois mois d’intervalle, et sincèrement j’en ai le cœur brisé et je ressens encore chaque jour cette déchirure, trop douloureuse. Lorsque ma poitrine se soulève de son rythme régulier, une pression y est présente. Je sais que cela va s’estomper avec le temps, mais pour le moment c’est toujours là.

Cette année a été tellement étrange apportant avec elle la fin de cette lutte avec la firme qui m’employait depuis trente ans. Le soulagement a été soudain et total. Le lâcher-prise a été nécessaire pour mon bien être. Je n’ai pas gagné, je n’ai pas perdu et maintenant tout est terminé.

J’aimerais que 2020 soit plus clément avec mes sentiments et mes émotions. J’ai encore besoin de cicatriser cette année pas encore achevée.

Et si je n’ai pas évoqué l’amour dans cet article, c’est que rien ne le justifiait. Peut-être l’année prochaine qui sait 😉

Je vous souhaite un bon dimanche et de bonnes fêtes de fin d’année.

Je vous embrasse 😊

Un dernier mot important ; merci !

… d’être là et de me lire.

Et pour une fois pas de musique parce que parfois les mots se suffisent à eux-mêmes.

Sylvie

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.

Lassitude (Des voiles mes nuits – 23h16)

Le temps va

Le temps passe

Et, je me lasse

 

Les heures, les jours

Cumulés deviennent des semaines

Et, je me lasse

 

Mon amour,

Ma passion,

Jamais, je ne m’en lasse

 

Aligner des mots

Vibrer ses mots

Rien ne se lasse

 

Pourtant,

Au plus profond de moi

Je me lasse

 

Un jour peut-être

Pour moi seule

J’écrirais ces histoires

Qui me laisse entrevoir un espoir

 

Lorsque mes mots vous lasseront

La page se refermera

Sans autant de surprises

Que le jour où elle s’ouvrit

 

Je me lasse, pourtant…

Mais pas de vos sourires ou de nos mots échangés qui m’apportent tant de clarté

 

Certains mots me manquent

Ceux prononcés dans ces moments d’intimités

Des instants égarés

D’un tournant amorcé

D’un tourment dénoncé

 

Empêchez la lassitude

D’une mort annoncée dans cette course effrénée

Freinez la platitude

Des instants avortés

 

Je me lasse

Mais que rien n’y fasse

La vie de mes mots

Ne me fait pas perdre la face

Ils perdureront même si parfois c’est dur… jusqu’au point de rupture.

 

Sylvie

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.

Je suis romancière

Avec ce terme, je clos (pour ma part) définitivement le questionnement à propos d’auteure, autrice ou auteur. Autrice étant pour moi, le plus laid de tous. Les mots ont une résonance, en plus de leur signification, autrice ne résonne pas en moi, peut-être simplement parce que je n’y suis pas habituée.

J’aime les mots, leur graphie, leur courbe, ce qu’ils représentent. Je ne dis pas certains gros mots, alors pourquoi utiliser des mots qui ne me plaisent pas. C’est tellement logique lorsqu’on y pense un peu.

Bref…

Donc je suis romancière, cela veut dire que j’écris des textes plus ou moins longs pour raconter des histoires qui viennent tout droit de mon imagination. J’y incorpore des événements de la ou ma vie réelle et ainsi naît un récit. Ensuite, je partage avec ceux qui acceptent de rentrer dans un de mes univers, mes mots afin de les faire s’évader au gré des pages.

Oublier son quotidien, fait du bien.

J’agis ainsi envers moi-même lorsque je me plonge dans un roman. Tout s’efface, ne reste que l’histoire du romancier le temps de la lecture, et bien souvent après aussi. Il est rare que je ne me souvienne pas d’un livre.

Les mots ne sont pas juste une signification, c’est aussi un dessin, certaines lettres sont tellement belles, au même titre que certains mots. Sans parler bien entendu du son, de la prononciation selon les accents. Ce tout nous touche tous différemment, car nous pensons tous de manière différente, et réceptionnons dans nos esprits également de manière totalement différente.

Je l’ai déjà dit, je crois, il y a longtemps, mais les mots n’ont pas tout à fait la même signification pour tous. Je pense que cela fait la beauté de la langue, quelle qu’elle soit, d’ailleurs !

J’adore inventer des histoires, je l’ai fait dès mon plus jeune âge, chaque soir dans mon lit, émergeait un récit m’aidant à dormir. Souvent, je reprenais le récit au même endroit le soir d’après, et ainsi ma fiction prenait forme.

Un jour de 2009, j’ai décidé de mettre sur le papier, une histoire différente. L’accouchement ne fut pas aisé, car penser ou rêver des récits devient moins évident lorsque nous devons les concrétiser. C’est là que les mots entrent en jeu. Ils se doivent d’être forts, bien placés, sans trop de répétition sauf si c’est voulu. Trois ans après la première phrase mise sur un post-it, le roman est sorti. Que c’était étrange de le tenir en main ! et encore plus de le céder. Lorsque nous écrivons pour la première fois, à aucun moment, nous ne pensons à ce moment mémorable de la première cessation (je n’emploie pas le mot vente, car je n’aime pas !).

Depuis, je gère mieux mon écriture, heureusement me direz-vous. J’ai (ré) appris des tas de choses que j’avais oubliés de l’école par rapport à la conjugaison, les règles d’orthographe ou de ponctuation. Mais bien entendu, j’ai aussi quelqu’un de professionnel qui me relit, me corrige, me guide parfois, car finalement nous ne voyons plus nos propres erreurs sur nos écrits.

Écrire n’est pas la passion (je n’aime le mot métier, car finalement il rapporte, comme vente, à l’argent) la plus facile à vivre. Vous devez toujours avoir sur vous un petit calepin, pour les idées, les phrases géniales qui surgissent dans des endroits insolites comme un supermarché, au cinéma, en salon, car finalement nous ne cessons jamais de créer dans nos têtes (et cela ne concerne pas que les écrivain(e)s).

Je n’écris pas pour être riche, bien sûr comme tout le monde j’aimerai l’être, mais je joue aussi au Lotto (belge). Lequel des deux m’apportera la richesse en premier ?! Peut-être aucun ! Mais qu’importe, les mots restent et resteront quoi qu’il se passe, quel que soit l’endroit où la vie me mènera.

Je vous souhaite une très belle journée,

Sylvie

Les mots sont profondément ancrés dans les profondeurs de mon âme

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.