Des voiles mes nuits… 00 : 59

Les volets se ferment.

La pénombre lentement recouvre tout.

Ça recommence…

Là où d’autres voient les ténèbres, moi je m’éveille.

L’attirance de la nuit.

Affirme la solitude du moment.

Rien n’interfère, rien ne m’atteint.

Le silence apporte la sécurité.

La solitude positive…

Encore un paradoxe de mon existence.

Comment peut-on se sentir si bien, en étant éloigné de tout.

Souvent, je me pose la question.

Je n’ai pas de réponse, c’est ainsi.

Je commence à réagir de ma nouvelle vie.

De l’endroit où je me trouve.

J’en ai toujours rêvé !

Qu’apporte-t-il aux humains de réaliser leurs rêves ?

Une satisfaction personnelle…

Sans être égoïste.

Et maintenant ?

Je souris…

Les mots arrivent, ils poussent… et vont réussir à casser le mur du silence de ces derniers mois.

Que va-t-il en ressortir ? Je ne sais toujours pas.

Qui vivra verra…

Bonne année à tous, en espérant qu’elle sera meilleure. Nous ne pouvons effacer 2020, trop ancrée dans nos esprits, mais nous pouvons faire de 2021 quelque chose d’exceptionnel. La vie apporte des épreuves, car comme nous le savons tous, elle n’est pas si bonne qu’elle veut paraître. Nous devons être forts, plus forts que tout cela, et nous renaîtrons 😊

Bonne nuit 🙂

Mes années belges… s’achèvent

Nous vivons tous de « drôles » de moments depuis quelques mois. Cette année 2020 est, et restera (je l’espère) la plus étrange de toutes mes années de vie. L’année de l’arrêt, l’année des mouvements et du changement me concernant. Une autre existence va commencer d’ici quelques jours, que jamais je n’aurai pensé entamer. Je troque la Belgique (que j’adore) et Bruxelles (que j’aime tant) contre l’océan (que j’adore tant). Mais ce n’est pas tout, vous vous souvenez de la maison de Max (Dans les yeux du bois) en bord de mer ? La mienne se situe à 400 mètres de l’océan atlantique, certes elle n’a pas le prestige de mon imagination du roman, mais elle vaut son détour.

Le Covid m’a, disons, ouvert les yeux ou le cœur sur ma famille.

Ma maman qui vit si loin de moi et qui en ces temps tourmentés a besoin d’aide ou de soutien, ou même peut-être simplement de se sentir rassurée par la proximité de ses deux enfants. Ma fille en France, même si je vais m’en éloigner d’un point de vue des kilomètres par rapport à Bruxelles, le fait de savoir que plus aucune frontière ne nous sépare. Mon frère aussi qui se trouvera à un peu plus d’une heure de mon nouveau chez moi. Il me semble que les raisons sont nombreuses et légitimes, en tout cas pour mon cœur.

J’entame ma dernière semaine belge, confinée dans mon appartement. Chaque jour sera le dernier ici, samedi les déménageurs vont venir et tout emporter vers l’air iodé de la Bretagne. Il me tarde, je commence à tourner en rond dans cet espace rempli de cartons et de meubles démontés.

Je ne regrette rien de mes années belges, bien sûr il y a eu des cons, mais ce trait de caractère n’a rien à voir avec la nationalité, puis il y a ceux que je n’oublierai jamais. Je ne citerai personne, je préfère que vous vous sentiez concernés, vous savez que je vous aime ! Je devine vos sourires sur mes mots. Ce n’est pas un adieu, juste un au revoir, car je reviendrai pour quelques salons, probablement.

Depuis le début de la pandémie, j’ai écrit bien entendu, mais bien moins que d’habitude, pas par manque d’idées bien au contraire. Mais, avouons-le cette vie est stressante, puis j’ai pris des décisions qui ont envahi ma tête et m’ont empêchée d’écrire sereinement (disons). Je suis peu sur les réseaux sociaux, car je trouve que finalement ils sont anxiogènes. Certaines personnes aboient au lieu de parler, d’autres étalent leurs malheurs sans penser aux conséquences sur les autres (même si j’aime à croire qu’ils le font pour leur propre bien ou équilibre mental), tout le monde poste les mêmes choses, les mêmes défis et les mêmes tout. C’est barbant ! parfois triste aussi.

Bref, lorsque je serai installée, l’écriture va reprendre au rythme du bruit des vagues.

La recherche de nouveaux salons va s’entamer, la visite des libraires va débuter… lorsque le confinement sera terminé et cet épisode chaotique de nos vies sur Terre terminé.

Bon je vais vous laisser, j’ai encore pas mal d’administratifs à régler… le côté chiant du déménagement et changement de pays !

À bientôt, passez une bonne journée, soyez prudents, gardez vos distances et surtout portez-vous bien 😊

Sylvie

Evolution, Hope – Tome 1 de Sylvie Ginestet

Axelle, voici encore des mots justes qui me vont droits au cœur 🙂 Je te remercie d’aimer cette histoire et d’en parler avec autant de sincérité. Grand merci encore… 🙂 ❤

Au fil des mots

img_20200505_1727263168423440227327479.jpgFiche technique :
Auteur : Sylvie GINESTET (France)
Editions :The Poetic Shivers
Année : 2017
Pages : 265
ISBN : 987-2-930895-05-5
Genre : Fantastique

« – Qu’est-ce que tu veux dire?
– Que tu as bien plus de force et de pouvoir que nous tous et pourtant tu es humaine!
– Force et pouvoir ? »

(P82)

Voir l’article original 701 mots de plus

Parce que parfois un simple geste, un unique mot, un silence, un rien, vous ouvre les portes de la vérité.

Le temps est suspendu
La pendule s’est perdue
Le temps est révolu, celui des sourires et des rires
L’impression de l’erreur
Ces sentiments pour obtenir devraient vous faire pâlir
J’ai compris le jeu, et n’en suivrai plus les règles
Je vais repartir en paix là où tout a commencé
Ici n’est pas ma place
Là-bas est mon devenir
Alors, ne soyez pas étonnés de me voir partir

– Oh, ils n’ont pas compris, pourrait dire le cœur.
Alors l’âme dans un soupir, répondrait en chuchotant.
– Ce n’est pas grave…
La symbiose de ces mots apporta sur le visage de la femme le sourire de la délivrance, enfin.

Observer, se taire, analyser pour déduire.

Sylvie

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps 1 –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  –  T4 : La Cinquième Tour – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.

Claudia de Sylvie GINESTET

Une nouvelle chronique d’Au fil des mots, concernant cette fois une autre petite main de la Mort, pas sa préférée mais une efficace collaboratrice 🙂 Je vous laisse la décourvrir.

Sylvie

Au fil des mots

claudiaFiche technique :
Auteur : Sylvie Ginestet (France)
Editions : The Poetic Shivers Editions
Année : 2020 (réédition)
Pages :
ISBN :
Genre : Fantastique

« Vous formez un bau couple ! dit la femme qui, pour le première fois, ouvre la bouche

Je vous l’avais dit ! Claudia attire toujours la sympathie, c’est ainsi. » 

(Page 13).

Voir l’article original 583 mots de plus

Jusqu’au jour où…

Je ne vais pas parler de confinement, tant de personnes le font déjà que je ne vous apprendrais rien concernant ces moments extrêmement étranges que nous vivons.

Je vais plutôt vous parler des nouvelles. Je ne regard(ais) jamais les informations avant (je le fais un peu maintenant), en revanche mon abonnement Proximus me permet de me tenir au courant (on ne peut pas toujours se cacher du monde) grâce à une souscription gratuite vers « Le Soir » et ce depuis le 1er janvier 2020, un petit « plus » offert. Je n’avais pas activité l’option, ne voulant pas savoir comment le monde se portait. Mais les événements actuels m’ont obligée à le faire, car je me dois d’être informée pour ma famille, mes enfants… pour la Vie.

Chaque jour plus de gens meurent et chaque jour plus de personnes sont hospitalisées. Si j’en crois ce média, nous arriverons au pic de la pandémie début avril… Nous sommes le 1er avril et rien ne ressemble à un poisson ! Ce n’est pas une mauvaise blague, mais une réalité effrayante.

J’ai conscience de l’ampleur de la pandémie, de la catastrophe sanitaire et de tout ce qui en résulte et en découlera. Car personne ne sortira indemne de cette épreuve !

Toutes ces personnes qui nous quittent le font d’une certaine manière, anonymement, car nous ne les connaissons pas. Cela nous touche bien entendu (quel que soit l’âge, le taux de célébrité, le genre ou la nationalité), nous attriste, mais nous ne les connaissons pas personnellement.

En tous cas, pas jusqu’à ce matin me concernant.

Ou si nous les connaissons par le biais d’un ami ou d’une connaissance, une certaine pudeur ou peur veut que nous ne le sachions pas. Car il y a tellement de morts qu’obligatoirement cela touche quelqu’un de près.

Lorsque la nouvelle arrive, elle est brutale, vive et réelle. Et change le cours de notre journée et de nos semaines à venir. Pourtant, c’était une belle journée de printemps.

Alors, je crois que la plus sage des pensées et de se dire qu’à présent la souffrance est terminée, et la libération enfin arrivée.

Des milliers d’âmes rejoignent le ciel (ou tout autre endroit) et dans la pénombre de nos nuits, les étoiles scintillent comme si elles avaient le regard tourné vers nous.

Paix à toutes nos âmes…

Sylvie

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps 1 –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  –  T4 : La Cinquième Tour – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.

Sacré monde

Je me suis souvent demandé au moment de la guerre en Yougoslavie comment des gens aussi civilisés avaient pu tomber à ce point dans le barbarisme à cause du conflit ? Ces derniers jours, qui deviendront bientôt des semaines, m’apportent la réponse à cette question restée longtemps en suspens dans mon esprit.

Nous voilà revenus à l’âge de pierre, en tous cas certains épisodes nous ont montré qu’en cas d’urgence et de chamboulement de nos vies ; l’égoïsme, l’égocentrisme prenait le pas sur toutes autres choses. Mais chaque soir à 20 h à ma fenêtre ; le bruit que beaucoup d’entre nous faisons, me conforte dans l’idée que tout n’est pas perdu. L’espoir persiste ! La reconnaissance est réelle. Ce n’est pas grand-chose, mais chaque fois ma peau se contracte sous l’effet de cette vie retrouvée quelques instants.

Ce qui nous arrive, personne, je pense, n’aurait pu le prédire. Nous qui n’avons jamais vécu la guerre, nous qui avons toujours eu une existence finalement paisible, nous rendons compte à quel point l’équilibre de l’existence peut être fragile. Un grain de sable fonce dans notre château de cartes et tout s’écroule autour de nous. L’éphémère de notre sécurité. Et aujourd’hui plus que jamais, nous reconnaissons que rien, jamais, n’est acquis !

Alors plus personne ne parle de ses problèmes perso, ce qui démontre là un non-égoïsme finalement, nous nous regroupons tous dans le même bateau même si nous sommes chacun chez nous. La solidarité virtuelle se met en place, mais l’autre solidarité, celle de la rue n’est pas oubliée non plus. Car tous ces gens qui, en temps normal, n’ont pas de toit sont aussi touchés par ce fléau (le mot me parait juste), et ont autant besoin, voire plus, que les autres de se sentir aussi en sécurité et de l’être !

Certains gestes sont simples. Vous décidez d’aller faire des courses, car il faut bien se nourrir, demandez à vos voisins plus démunis, ou sans voiture, ou plus âgés, s’ils n’ont pas besoin d’un petit quelque chose. Ce n’est pas grand-chose, je sais, mais cela les aidera (physiquement et psychologiquement de se savoir moins esseulés) et vous en sortirez grandi d’avoir aidé.

Vous avez un surplus de gants ou de gel alcoolique, n’hésitez pas à en faire don. Certains en ont bien plus besoin que nous ! Gardez juste ce dont vous avez besoin, un peu comme au supermarché, ne prenez que ce dont vous avez besoin !

Facile à dire me direz-vous, je répondrais simplement : NON, facile à faire.

J’espère de tout cœur que tout va s’arranger (pour tous) et très vite, car je ne suis pas faite pour vivre dans un tel monde. Mon cœur saigne, mon âme est meurtrie, mais mon espoir d’une humanité plus humaine reste entier.

C’est ce qui nous sauvera, en tous cas moi, en ces temps torturés.

Un dernier petit mot que l’on peut lire sur toutes les lèvres en ce moment. Si vous n’avez pas l’obligation de sortir, restez chez vous, pour vous et pour les autres, cela aussi est un geste simple qui sauvera des tas de vies !

Très belle journée à tous, et j’espère que mes mots vous auront donné foi en quelque chose.

Sylvie

________________________________________

© Sylvie Ginestet

Auteure de l’histoire des Imhumvamps 1 –  Le Livre des Âmes volume 1 : T1 Bethany & T2 Le Champ des Loups –  Le Livre des âmes : T3 L’âme Perdue  –  T4 : La Cinquième Tour – L’Ancolie – Claudia – A cœur ouvert – Les Ombres s’amusent – L’Ombre est triste – Les Ombres Le livre – Nocturne – Hope : T1 Evolution – T2 La Prophétie – Pour de simples mots Dans les yeux du bois

Format Papier : sylvieginestetauteure@outlook.com

Amazon.fr en e.book ou broché.